jeudi 15 novembre 2007

Voies et détours de la reconnaissance : Isidore Isou et Amanda Sthers !

Voici contre toute attente une peinture d'Isou et sa propriétaire (romancière et femme de Patrick Bruel, ce dernier étant peu au fait de la poésie lettriste !). Ceux qui ont vu l'exposition organisée au Centre Culturel de Roumanie auront reconnu la série d'où est extrait ce tableau. Cette rencontre d'un dé à coudre et d'un parapluie dans les chroniques mondaines du Figaro me laisse perplexe et me ravit : Madame Sthers explique a minima ("une manière de peindre en trois couleurs avec des alphabets de cultures différentes") ce tableau hypergraphique bien mieux que tous nos critiques officiels qui n'y entendent rien à la peinture lettriste noyée dans le "signe" et "l'informel" quand ils daignent bien en parler. Les dès pipés de l'art officiel jamais n'aboliront quelques heureux hasards !