lundi 27 mai 2019

NEWS FROM ACQUAVIVA

Hello all, this month, you can hear some of my "120 Days of Musica" performed by  

The Voice Party and Apartment House 

at the exact place where Newton discovered the speed of sound at Cambridge University (UK), June 30 


Before that, I will be at the 9th FILAF competition of the best contemporary art books of the year with my "Isidore Isou" monography (Editions du Griffon) at Perpignan (FR), June 17-23 




and on June 3, at Bibliothèque de l'Arsenal in Paris, I will give a lecture on Roberto Altmann's "Geste Hypergraphique"




details and more here

mardi 7 mai 2019

NEWS FROM GARAGE COSMOS

Sculptures d'encres


Salvador Dalí, Isidore Isou, David Mach, Sarkis, Gil Wolman

Vernissage : 10.05.19 (18h – 20h)


Dans le cadre de la semaine de l'encre à Bruxelles, Ink Brussels 2019, Garage Cosmos présente des œuvres de Salvador Dalí, Isidore Isou, David Mach, Sarkis et Gil Wolman, qui incorporent l'encre sous une forme sculpturale. L'encre est contenue dans des bouteilles, des bols, des bocaux ou des encriers. Les artistes ne font pas recours aux techniques de la peinture à l'encre sur papier, ils ne manipulent pas l'encre mais la laisse telle que, en considérant l'encre elle-même comme œuvre d'art. Ils bouleversent ainsi les canons esthétiques qui mettent l'accent sur l'expression de l'individualité. Il s'agit de démanteler les constructions et modes de pensée traditionnels auxquels l'encre est associée afin d'élargir ses possibilités. Il existe en effet un autre usage de l'encre que celui du seul pinceau sur papier.

Commissaire : Rosalie Fabre
Horaires d'ouverture : du vendredi au dimanche, 13h – 18h
Vernissage : vendredi 10 mai, 18h – 20h
Exposition : 11 – 26 mai 2019

http://www.garagecosmos.be/

jeudi 2 mai 2019

DEUX JOURNEES IMPORTANTES CONSACREES A ISIDORE ISOU AU CENTRE POMPIDOU



JOURNEE D'ETUDE LE 09 MAI

ISIDORE ISOU
INITIATION A LA SOCIETE DES CREATEURS



Petite salle - Centre Pompidou, Paris
Entrée libre dans la limite des places disponibles

S’ouvrant sur une table-ronde autour de laquelle les membres du groupe lettriste évoqueront leur expérience aux côtés d’Isidore Isou, cette après-midi d’étude se prolongera par une série de communications interrogeant la place de l’oeuvre d’Isou dans une histoire récente, sociale et culturelle de l’art. Après une discussion portant sur le vaste corpus archivistique d’Isou, véritable laboratoire de création, un récital poétique clôturera cet après-midi lettriste.
A 20h30, en Grande salle du Centre Pompidou, une représentation de la Symphonie Juvénal n°4 d’Isidore Isou sera orchestrée par Frédéric Acquaviva.

14h00 – 15h00
Table-ronde modérée par Nicolas Liucci-Goutnikov, commissaire de l’exposition, en compagnie du groupe lettriste : Roland Sabatier, Anne-Catherine Caron, Jean-Paul Curtay, Gérard-Philippe Broutin, François Poyet et de Catherine Goldstein.

15h – 15h15
Pause

15h15 – 17h
- “Art Without Art”: Isidore Isou’s and Lygia Clark’s Therapies
Kaira Cabanas (University of Florida, auteure de Off-Screen Cinema: Isidore Isou and the Lettrist Avant- Garde, University of Chicago Press, 2015)
- « Itinéraire d’un universitaire dans l’histoire du lettrisme. Archives, théories, entretiens, 2009-2019 »
Fabrice Flahutez (Université Paris Ouest-Nanterre, auteur de Le lettrisme historique était une avant-garde 1945-1953, Dijon, Les presses du réel, 2011)
- « Quand le soulèvement commence en promenade. Sur la poésie lettriste des années 1946-1951 »
Cristina De Simone (Université de Caen-Normandie, auteur de Proréfactions! Poésie en action à Paris (1946-1969), Dijon, Les presses du réel, 2018)
- “I left without any paper...”. Isidore Isou and Roumania
Igor Mocanu (National University of the Arts Bucharest / UNARTE, auteur de la thèse Political avant-garde. The other face of Romanian avantgarde in social, political and economic documents, en charge du projet “The Avant garde revisited. European avant garde in the Romanian National Archive of Films” à la Cinémathèque Roumaine)

17h-17h15
Discussion/Questions

17h15-18h15
Table-ronde autour du fonds Isidore Isou conservé à la Bibliothèque Kandinsky, en compagnie de Mica Gherghescu, Céline Famechon et Meixin Tambay

18h15-18h30
Pause

18h30-19h30
Récital lettriste : Jean-Paul Curtay, François Poyet, Gérard-Philippe Broutin.


Organisé avec le soutien de l’École Universitaire de Recherche ArTeC (Paris 8).


Renseignements : diane.toubert@centrepompidou.fr 

Suivez notre programmation lettriste : https://www.facebook.com/events/580029699131020/


Isidore Isou / Frédéric Acquaviva

Symphonie n°4 « Juvenal »
Concerts and Live shows
9 May 2019, at 20:30 (1h00)
Grande Salle – Centre Pompidou, Paris
Tarif unique 10€
Dans le cadre de l'exposition « Isidore Isou », le Centre Pompidou présente la Symphonie n°4 « Juvénal » dans sa Grande salle. Composée par l'artiste en 2001, l'œuvre est orchestrée en 2003 par Frédéric Acquaviva, artiste sonore et compositeur de musique expérimentale proche d'Isidore Isou. Elle se présente comme une exploration spatiale et sonore des qualités sensibles de la lettre, portées par la voix d'Isou et le chœur lettriste.
Organiser : DDC / Spectacles vivants, Serge Laurent

CONFERENCE ET DEBAT LE 11 MAI

Isidore Isou, je n'aurais pu être que Léonard de Vinci

Frédéric Acquaviva
Thought and Debate
11 May 2019, at 19:00 (1h30)
Petite salle – Centre Pompidou, Paris
Entrée libre dans la limite des places disponibles
Protagoniste de la redécouverte du lettrisme, Frédéric Acquaviva présentera le 11 mai une conférence à l'occasion de la sortie de sa monographie consacrée à Isidore Isou (Isidore Isou, Neuchâtel, Editions du Griffon, 2019).





jeudi 25 avril 2019

NEWS FROM DAMIEN DION


La résidence d'artiste Huet-Repolt est heureuse de recevoir, pour sa troisième édition, Damien Dion. Désireux de mettre en lumière le contexte singulier du lieu de résidence comme espace à la fois de vie,  de production et d'exposition, l'artiste propose, en guise de restitution, l'exposition Place Oddity, dans le cadre du Parcours Off d'Art Brussels 2019.

Sont invités à se joindre à lui Alexandre Barré, Orianne Castel, Sépànd Danesh, Charlotte Hubert et Elsa Werth afin de proposer ensemble un dialogue entre les œuvres et les différents espaces domestiques de la maison.

Du mercredi 24 au dimanche 28 avril 2019 sur rendez-vous en envoyant un mail à artistresidencyhuetrepolt@gmail.com , à l'exception des vendredi 26 et samedi 27 où la résidence ouvre ses portes sans rendez-vous de 14h à 18h.

Résidence Huet-Repolt
Rue du Relais 42
1170 Bruxelles

Bus 95, arrêt Relais
Tram 25 ou 94, arrêt Solbosch

ACTUALITE D'ISIDORE ISOU


(Isou bien encadré par deux Altmann !!!)

Riche actualité pour le créateur du lettrisme 12 ans après sa mort ; une rétrospective au Centre Pompidou, une exposition à la Galerie Trigano, un catalogue (le Centre Pompidou) et bien sûr une imposante monographie consacrée à la dimension artistique de son oeuvre aux Editions du Griffon. Le lettrisme serait-il enfin victorieux dans la Cité ? pour le lettrisme on a encore un doute mais aussi quelques victoires et une certitude de plus en plus partagée : il faudra désormais compter avec ce mouvement ; dans un monde où Fluxus, les Nouveaux réalistes, les situationnistes et leur Pape, Guy Debord, triomphent comme des valeurs, des références, voire pour certains des exemples, on ne comprend plus par quelle curieuse omerta leurs plus talentueux détracteurs et opposants, devraient patienter plus longtemps encore dans les coulisses de l'histoire officielle. En ce qui concerne son créateur, il semble bien que les institutions après l'avoir snobé si longtemps, lui qui ne demandait qu'à y entrer, et bien sûr à la meilleure place, témoignent désormais d'un réel intérêt pour l'artiste, le théoricien, l'homme aux centaines de milliers de pages noircies, publiées ou encore inédites et aux centaines de tableaux, gravures, propositions plastiques infinitésimales et supertemporelles...
Commençons par l'exposition au Centre Pompidou ; inutile de bouder son plaisir, la manifestation fait toute sa place à des oeuvres majeures que l'on ne voit que très rarement (je pense ici à l'étonnant groupe de toiles consacrées aux mathématiques), d'autres sont plus connues mais gagnent vraiment à être contemplées in situ et non dans les pages de quelque catalogue (La Grande mélangée, les deux clichés de Amos présentés, les toiles de la série Les Nombres...). Le Centre Pompidou, désormais propriétaire du fond des archives Isou, a voulu sans doute asseoir la manifestation sur un corpus riches en manuscrits et donc en théories, en divisant l'espace muséal en 4 volets qui n'épousent pas nécessairement la poussée verticale de l'hybris isouien : l'amplique et le ciselant qui renvoient à la manière dont Isou comprend la décomposition de l'art moderne ; l'hypergraphie qui représente un premier bouleversement substantiel, l'infinitésimal - un second - et le supertemporel qui offre des oeuvres ouvertes à l'action du public, enfin la dimension méca-esthétique s'intéresse notamment à des réalités infra-esthétiques comme le cadre, le support ou encore la matière de l'oeuvre ; sur ce dernier point Isou se positionne à rebours de tous les artistes héritiers de Duchamp et Dada (nouveaux réalistes,  pop art, affichistes...) qui reprenant le principe du ready made font de la réduction à l'objet détourné le langage dominant de l'art, voire le seul langage possible. 
On comprend, à déambuler dans les quatre salles, que la dimension conceptuelle, la prolifération théorique, ou pour mieux dire la réflexivité inhérente à l'art moderne a servi de viatique aux curators pour ancrer  le geste isouien dans un corpus plus large et reconnu du champ institutionnel et de sa grammaire. On sait qu'Isou lui-même se souciait fort peu de justifier par des oeuvres valables l'importance de ses manifestes dans un premier temps (on relira quelques pages des Mémoires sur les forces futures des arts plastiques et leur mort, 1950, où grosso modo l'urgence affichée par lui est de faire la révolution dans toutes les branches culturelles et non d'illustrer par des toiles la révolution métagraphique qu'il propose à ses lecteurs, les artistes de demain !). Et pourtant la peinture n'est pas pour Isou un moyen de continuer la théorie par d'autres moyens ; s'il a toujours pensé une division sociale du travail à l'intérieur du groupe (le théoricien révélateur de nouveaux territoires artistiques matériels et immatériels et le premier cercle des artistes/explorateurs qui marqueront de leur nom l'exploitation/exploration de cette terra incognita), il a lui-même donné à sa nouveauté formelle une anatomie, des lignes reconnaissables, des styles et des formes comme s'il voulait épuiser en une suite vertigineuse d'oeuvres toutes les propositions plastiques possibles. Aussi l'artiste est-il aussi important que le théoricien, et la pure jouissance de ces écritures improbables qui se combinent en modèles extravagants, énigmatiques ne doit pas honteuse rentrer dans l'ombre alors qu'elle fut, qu'elle est un des ressorts qu'Isou lui même a toujours recherché : un nouvel objet et un nouveau principe de plaisir. Certes il y a du très cérébral chez ISou, de l'hyper-réflexif, qui dialogue avec ses pairs en création, se fait le commentaire ininterrompu de sa propre nécessité historique et de sa génialité incommensurable, mais il y a aussi la volupté des formes insolites, inédites, de ses lettres impossibles qui se composent, se décomposent, se stratifient, s'atomisent dans des configuration qui finissent par faire style pour le plus grand plaisir des "regardeurs". Si toute rétrospective fige nécessairement l'élan vital (la "super vie") dans une forme académique, elle présente ici l'intérêt de remettre le travail d'Isou dans une historicité qui a longtemps regardé le lettrisme comme une excentricité à la marge du champ officiel, une curiosité... Or, une fois dépassé la barrière du "langage" isouien, le visiteur reconnaîtra des problématiques et des recherches qui sont partagées par des figures et acteurs autrement plus reconnus aujourd'hui : la lettre et le signe, l'immatériel et la participation, le statut de l'objet, la figure du créateur et la dimension créative du public, le principe de clôture ou d'ouverture des oeuvres... Notons pour finir que l'exposition n'échappe pas à un paradoxe : c'est la Bibliothèque Kandinsky qui est désormais l'heureuse dépositaire des Archives Isou ; celles-ci sans doute pour l'essentiel manuscrites se composent d'une masse de pages qui sont comme autant de pièces d'une mécanique et d'un système qui poursuit depuis 1946 le même agenda "révolutionnaire" : remettre l'histoire dans chaque discipline culturelle en mouvement, dépasser la dernière position acquise pour diminuer les peines (la répétition, le ressassement, l'éternel retour de la même cuisine, la réification) et multiplier les joies (le geste créateur et son partage). Elles dépassent donc largement le seul domaine de l'art. On aurait imaginé la Bibliothèque Nationale plus intéressée par ce graphomane insaisissable, systémique, dévorant le savoir des livres, sans jamais les collectionner, afin de les dépasser dans une "nouvelle carte de la culture", abordant sans modestie toutes les branches de la connaissance (médecine, économie, érotologie, psychiatrie et psychanalyse, droit, technique, philosophie...) pour en écrire un chapitre supplémentaire, mais non, pas pour l'instant, un jour peut-être...
Le visiteur peut compter sur le catalogue pour entrer de diverses manières dans le corpus isouien, mais au catalogue, qui n'est pas sans intérêt, il faut ici préférer la monographie.  Les Editions du Griffon viennent justement de publier un Isidore Isou de Frédéric Acquaviva I C I qui s'impose comme le livre de référence sur l'artiste tant par l'exhaustivité de l'entreprise que par la foule d'informations que l'amateur comme le spécialiste ne manquera pas d'y trouver. D'abord c'est un véritable livre d'art à l'image des grandes monographies que n'importe quel éditeur sérieux consacrerait à un artiste d'importance (Ernst, Magritte, Bacon, Warhol...), là encore ne boudons pas notre plaisir et savourons avant même d'avoir lu le texte la très haute tenue graphique et visuelle du bel objet. Et entrons dans le vif du propos, fondamentalement cette monographie pour bien des années (en attendant d'autres contributions) représente une somme exceptionnelle qui est une source de jouvence autant pour le chercheur, l'érudit que le simple amateur ébloui par la découverte de l'artiste au Centre Pompidou. Loin de moi l'idée de récuser les offres universitaires qui depuis quelque temps reconnaissent de manière critique et distancée le lettrisme comme un objet d'étude légitime, ni d'ignorer le travail de promotion et d'explicitation mené depuis des décennies à l'occasion des manifestations lettristes par le biais de catalogues, brochures ou tracts, mais la démarche adoptée ici toute singulière. L'auteur a fréquenté l'artiste, travaillé sur plusieurs projets avec lui (l'enregistrement de la symphonie La guerre par exemple), et depuis près de 20 ans, il a été à la recherche de l'information, des pièces justificatives, disséminées ici et là, avec la volonté de rassembler tous les éléments d'un puzzle dont lui-même ignorait au début la forme qu'il prendrait in fine. En amont de ces pages, il y a de nombreuses rencontres, pour accéder à des oeuvres peu visibles, car n'ayant plus l'opportunité de s'exposer comme lors des années 60, 70 ou même 80, et des trouvailles étonnantes dans le secret des collections privées, la constitution d'un fond important de documents d'époque, de coupures de presse, afin de remettre l'histoire en ordre et de comprendre méthodiquement, systématiquement la "brisure" isouienne. C'est la méthode adoptée par Frédéric Acquaviva. Aussi à la lumière de ce travail, l'étendue de cette brisure sur le plan artistique apparaît dans toute son étendue et sa profondeur. J'ajoute que l'actualité bibliographique d'Isou connaîtra sous peu de nouveaux et heureux rebondissements ; Eric Fabre, galeriste, collectionneur, et mécène, publiera à partir de septembre plusieurs volumes consacrés à sa collection d'oeuvres d'Isou. Affaire à suivre ici I C I
Et après, que manque-t-il à cette reconnaissance qu'Isou aura tant espérée de son vivant ? une rétrospective plus large encore (première division !) à l'image de celle qui fut accordée à Yves Klein, Magritte, Picabia, ou aujourd'hui à Vasarely ? On imagine sans mal le Centre Pompidou saturé d'oeuvres, avec ici une salle entière consacrée aux Nombres, là une autre entièrement dévolue aux Réseaux, plusieurs autres consacrées aux séries réalisées dans les années 80 (sur Soutine, Cocteau, Van gogh...), une plus grande encore dédiée à la méca-esthétique... Et au delà il reste à organiser ici ou ailleurs la grande exposition consacrée au mouvement lettriste, à la richesse de ses acteurs et de leurs styles, qui fixera une fois pour toute, pour le grand public comme pour les spécialistes, l'importance passée et présente de cette avant-garde trop souvent minorée. 
Exposition au Centre Pompidou jusqu'au 20 mai, à la Galerie Trigano (4 bis rue des Beaux Arts 75006 Paris) jusqu'au 4 mai

mardi 16 avril 2019

LE CINEMA DE ROLAND SABATIER AU CENTRE POMPIDOU LE 17 AVRIL



LE CINÉMA DE ROLAND SABATIER AU CENTRE POMPIDOU 

MERCREDI 17 AVRIL, A 19H, CINÉMA 2 (NIVEAU -1) 
SÉANCE INTITULÉE "QUELQUES DÉSORDRES" AVEC LA PRÉSENTATION DE CINQ FILMS SUIVIE D'UN DÉBAT EN PRÉSENCE DE ROLAND SABATIER.

Programme :

- "Contre les charlatans du cinéma", 1969, film infinitésimal, durée variable. Tous les rires que vous manifesterez aujourd’hui et à l’avenir devront vous conduire à imaginer de multiples images, les différents sons et tous les montages possibles et impossibles d’un film hilarant critique et méprisant à l’égard des charlatans de l’art cinématographique du monde entier.

-"Le Songe d’une nudité", 1968, film ciselant 16mm (numérisé), nb/coul, son, 19 min. Ce film est essentiellement composé de longues séquences de pellicules détournées, altérées et en partie abrasées, et entrecoupées de brefs passage de manifestations en faveur du Soulèvement de la jeunesse tournés dans Paris et de négatifs montrant un personnage aux prises avec une attente vaine. Outre la destruction des filmages, son intérêt principal réside dans la proposition d’une bande sonore qui est, elle-même, mise en abîme au point de ne plus laisser subsister que quelques phrases, des mots détachés ou des syllabes séparées rendant celle-ci en partie mutilée. « Discrépant, ciselé et narquois, le Lettrisme au service de la subversion esthétique ». J. P. Bouyxou

- "Hommage à Buñuel," 1970, film hypergraphique polythanasé, sans pellicule, réalisé en public par l’auteur. Durée indéterminée. Le cinéaste raconte au public ce que sera son film qu’il est sensé présenter en donnant des précisions sur le contenu du son et de l’image. La fin, inattendue, sera sans doute décevante pour le public, mais heureuse pour l’évolution du cinéma moderne.
- "Evoluons (encore un peu) dans le cinéma et la création", 1972, film hypergraphique partiellement polythanasé, aprox. 24 min. Sur des images banales visant à illustrer potentiellement un aperçu des thématiques envisagées par le cinéma passé, ce film hypergraphique, enrichi de ‘’relief discrépant avec ballons peu variés’’, propose dans la bande sonore la description minutieuse de l’ensemble des signes qui au lieu d’être inscrits sur
les images sont ainsi donnés en dehors d’elles. Au spectateur d’assurer mentalement la jonction de ces deux expressions. Pour Isidore Isou (dans le revue 7e Art, n°3, 1983), la bande-son de cette réalisation
‘’nous laisse espérer une espérer une existence faire de simplicité édénique, mais inabordable dans le dépassement du texte des nombres, symboles des relations qui nous emprisonnent. Ce film ouvre de hautes possibilités de développement de d’épanouissement."
-"Mise en place de rires justes sur une société injuste", 1985, film infinitésimal, réalisé en public par l’auteur. Durée 28 min (aprox.). Des contrepèterie entrecoupées de rires et adaptées aux célébrités de l’époque sont offertes comme de simples tremplins à la conception mentales des images, des plans et des sons virtuels situées au-delà de toutes les beautés concrètes. Insolite et forcements désopilant !
POUR EN SAVOIR PLUS I C I