lundi 7 décembre 2009

le 10 décembre au Palais de Tokyo, Frédéric Acquaviva

Frédéric Acquaviva, né en 1967, est, depuis 1991, artiste sonore et compositeur de musique expérimentale, d’installations chronopolyphoniques... diffusées sur CDs (Editions Al Dante), en galeries (Incognito, Lara Vincy, Paris et Galeria Peccolo, Livorno...), dans des musées (Palais de Tokyo, Centre Pompidou, Weserburg Museum für Modern Kunst, Bremen, ...) ou lieux alternatifs (Les Voûtes, le Donjon de Maîtresse Cindy, Festival Indisciplinaire de l’Ile de Groix, Mains d’Oeuvres...).Hors des circuits traditionnels des musiciens et compositeurs, il rencontre et travaille de manière continue avec quelques figures historiques de l’art, de la poésie ou de la vidéo bien avant leur reconnaissance médiatique (Isidore Isou, Maurice Lemaître, Marcel Hanoun, Pierre Guyotat, Jean-Luc Parant...), ainsi qu’avec le cinéaste FJ Ossang ou la chorégraphe Maria Faustino.Sa musique, (K.Requiem, Coma, Musique Acataleptique, Exercice Spirituel, Tri, Oreilles Vides, Et...et...et, L’infra Cantate, Sens Unique(s), 4 Etudes Animales...), dé-concertante, et dont il aime choisir le dispositif de présentation, non au sens technique mais par exemple en présentant dans 4 lieux simultanément l’audition et la sortie de 4 CDs différents dans la même rue (The Exciting Sound of Acquaviva, le 19 juin 2009), explore de manière toujours nouvelle les rapports de la voix, du langage, du son et du sens, ainsi que l’idée d’un corps intégré à la composition musicale quoique totalement absent lors des auditions de ses oeuvres (par diffusion acousmatique ou installations). Ainsi que le remarque Eric Vautrin dans la revue Mouvement, son travail n’est pas “un travail sonore mais un travail sur le sonore”.Il est compositeur en résidence à la Emily Harvey Fondation, Venise (2009/2010) et parallèlement à son travail de création, prépare pour le MACBA (Barcelone) une rétrospective sur l’oeuvre de Gil J Wolman (2010/2011).
LE DISQUE #7 (2009, 40’)Oeuvre créée en résidence dans le Donjon de Maîtresse Cindy (Paris), où je me suis volontairement enfermé pendant 2 mois sans sortir et sans voir la lumière du jour, afin d’observer le travail de composition sur mon propre corps, sinon pour prélever quelques sons de séances (fort différents de ceux utilisés pour mon autre pièce X,4,3).Le Disque est un projet musical qui s’articule en 8 parties, chacune de 40 minutes, chacune autonome et pouvant être diffusée en concert, sur Terre ou dans les galaxies environnantes en espérant que celles-ci aient une programmation musicale plus aventureuse qu’ici.Chaque segment comporte sa part de silence, de non-dit, mais bientôt se projete dans les autres, par superpositions mécaniques ou re-composées. J’ai choisi ces archétypes sonores (le clavecin, par exemple, représentant ici le monde instrumental en son entier possible) afin de présenter, par jeux de synthèses successives toutes les combinaisons sonores imaginables (voix seules, instrumental seul, électronique seule, voix + electronique, electronique + instrumental, etc.) puis d’en remixer la totalité lors d’une huitième partie, qui n’est pas plus l’oeuvre en question que les précédentes parties, dans l’unité de leur nudité.
#1. (voix) : voix de Acquaviva, Maîtresse Cindy et son sujet, patients de l’hôpital psychiatrique de Prémontré, que j’ai enregistrés in vivo en 2001
#2. (instrumental) : clavecin, joué par Acquaviva sur Clavecin Extermann / Donzelague, à la Maison du Prieuré, Romainmôtier (Lausanne)
#3. (électronique) : Circuit Bending customisé par Computer Truck, boucles débouclées
#4. (voix + instrumental)
#5. (instrumental + électronique)
#6. (voix + électronique)#7. (voix + instrumental + électronique)
#8. (voix + instrumental + électronique) revisited
L’audition intégrale (5h20min) de Le Disque aura lieu en 2010 dans 8 pays différents simultanément, chaque partie étant diffusée à la suite de l’autre, à l’occasion de la sortie du coffret de 8 CDs. Je remercie MOTUS de m’avoir passé commande d’une partie de cette oeuvre, et de l’avoir programmé à un horaire (16h45) destiné à favoriser la propagation de ma musique parmi les classes scolaires et les pédophiles.F.Acquaviva

2 commentaires:

lbdl a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
jamin paletan a dit…

il est dommage de ne pas avoir quelques réactions au travail de frédéric acquaviva... mais je constate aussi que dans l'ensemble les posts de ce blog sont rarement commentés !